Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

3595 - Quand les Français élisent des fantoches au lieu d’hommes (ou de femmes) d’État !!! De « droit dans ses bottes » de Juppé à « je ne changerai pas » de Hollande-Valls !!! Quand la gauche joue à la roulette avec le pays. EH, OH ! Les combats stupides de coqs stupides (Franco-Espagnols), ÇA SUFFIT!!!

Et maintenant il faut assister à un combat de coqs capricieux : Martinez VS Valls-Hollande! Aussi bornés les uns que les autres, mais « droits dans leurs bottes » !!!

 

Alain JUPPÉ, Premier ministre, en 1995 (il y a 20 ans !) : «Eh bien, je reste droit dans mes bottes.»

A propos de la « réduction de la fracture sociale » promise et avortée.

… « Et il a été condamné. Ce qui lui a valu un exil prolongé au Canada. »

« À l’heure qu’il est et compte tenu d’un désastre nommé François Hollande, n’importe qui serait élu contre l’actuel président de la République. » Alain Juppé a dû se dire pourquoi pas moi ?

http://www.atlantico.fr/decryptage/alain-juppe-droit-dans-bottes-non-dans-pantoufles-benoit-rayski-1714415.html

 

Alain Juppé a remis la phrase au goût du jour en 1995 en déclarant : ''Je suis droit dans mes bottes et je crois en la France''. Il croyait alors en la France mais le pays ne croyait plus en lui.

http://www.pourquois.com/expressions_langage/pourquoi-etre-droit-dans-bottes-.html

 

Lionel JOSPIN, Premier ministre, en 1998 : «Je suis souple dans mes baskets.»

Le 18 mai 1995, quelques jours après son élection à la présidence, Jacques Chirac nomme Alain Juppé à Matignon, qu’il avait présenté comme «probablement le meilleur d’entre nous» dès 1993. Mais le Premier ministre tarde à mettre en œuvre les mesures radicales promises par le candidat Chirac pour résorber la « fracture sociale ».

Au mois de juin, Le Canard enchaîné publie un document compromettant : Alain Juppé , à l’époque où il était adjoint au maire de Paris, a donné l’ordre à ses services de diminuer le loyer de son propre fils, logé dans un 80 m2 de la ville de Paris. Il a par ailleurs refait le sien à neuf aux frais des contribuables parisiens. Interrogé à la télévision, le Premier ministre se dit «profondément blessé par tout ça». Il conclut: «Eh bien, je reste droit dans mes bottes. »

[…] L’expression fit florès. […] Lionel Jospin, successeur et adversaire de Juppé, répliqua avec trois ans de décalage. Lors d’une séance de questions à l’Assemblée nationale, le 2 décembre 1998, il affirma qu’il y avait deux façons d’agir. « Il y a celui qui dit : “Je suis droit dans mes bottes”. Et il y a celui qui préfère ajuster, reprendre et qui préfère dire: “Je suis souple dans mes baskets”.» Conclusion: pour réussir l’ascension de l’Elysée, les bottes comme les baskets sont déconseillées.

http://citations.savoir.fr/je-reste-droit-dans-mes-bottes/

 

Manuel VALLS et François HOLLANDE (depuis le Japon où il s’occupe des affaires du monde !...) : « nous ne bougerons pas » !!!

 

Philippe MARTINEZ, patron de la CGT : « nous tiendrons jusqu’au bout ».

Ça rassure ! Tout va bien, tout est normal, aussi bien à la CGT qui a déjà de nombreux succès à son acctif (LIP, Manufrance, le port de Marseille... Maintenant la France peut-être) que chez le matador et son maître !!!

 

Effectivement un pédalo n’a pas besoin de carburant !

 

ON EST MAL ! TRÈS MAL MÊME !!! … Et que va voter le peuple en 2017 ??? Suspense !!!

Dans Marianne. Cherchez l'erreur... de casting.

Dans Marianne. Cherchez l'erreur... de casting.

Commenter cet article

Breizhdaviken 28/05/2016 11:13

Bien d'accord avec vous mais il y aura toujours quelques petits malins pour faire pencher la balance ... Et dans le cadre de " panem et circenses " nous avons droit à des circenses non stop : Rolland Garros, EURO e foot, JO, Tour de France et vacances. Alors pourquoi s'inquiéter ???

trublion 28/05/2016 07:17

il est clair que c' est la chaos en France, et que tous ceux qui se proposent n' ont en tête que leur carrière !
L' idéal serait que personne n' aille voter ou plutôt qu' il n' y ait que des bulletins blancs !