Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

3900 - Les mots du jour : halali, mélasse et cloaque démocratique !

Résumé :

Citoyens, ne vous faites pas avoir !

Virez les fossoyeurs de la démocratie.

 

C’est un internaute qui a risqué le mot cloaque pour désigner la situation électorale actuelle. C’est fort juste… avec, une fois de plus la volonté du SYSTÈME d’imposer ses choix au peuple.

 

Ce qui se passe est stupéfiant. Les rats quittent le navire et sonnent l’halali contre Fillon et c’est l’occasion de rappeler qu’avec des amis comme ça, Fillon n’a pas besoin d’ennemis.

 

J’ai écouté hier le discours de François Fillon devant la société civile. À l’image de celui de Marine Le Pen à Nantes c’était un discours fort. Celui d’un homme d’État. Et pourtant il n’est pas mon choix de candidat.

 

Immédiatement après j’ai voulu suivre les débats des commentateurs et là, c’était INSUPPORTABLE de partialité ? J’ai fermé la télé en entendant qu’il s’agissait d’un discours creux et sans hauteur, devant une salle vide et molle dans ses réactions.

 

Un article de Médiapart (4 février 2017) sur le sujet vaut le détour.

 

EXTRAIT

 

https://blogs.mediapart.fr/regisdesmarais/blog/040217/lassassinat-politique-de-francois-fillon

 

FILLON,

« sa volonté de réforme,

sa vision d’un monde multipolaire,

son catholicisme affiché,

sa volonté de renouer les liens avec Moscou et la Syrie,

sortir le pays d’une situation d’endettement,

l’idée de redonner à la France une place forte au sein de l’Union européenne.

En clair, François Fillon est une « horreur » pour le système qui depuis des décennies est aux commandes. Quel est ce système : celui du monde financier dont le seul dieu est l’argent et dont le moteur est la consommation des masses sans cesse développée grâce à l’endettement. Système dont le rêve est celui d’un monde globalisé où les populations se distinguent par leur indistinction car toutes soumises au dictat de la dépense avec pour finalité à l’existence : consommer pour vivre et vivre pour s’endetter. Je sais, je force le trait mais il n’est pas nécessaire de trop appuyer le feutre sur le papier pour le forcer.

 

Dans cette affaire, François Fillon a eu le tort de ne pas être le candidat du système en place. Les électeurs de la primaire ont placé en tête de leur choix un candidat qui ne satisfaisait pas aux critères du système. Or, vous le savez bien, qui a l’argent possède le pouvoir. Dans un monde ou plus de 99% des richesses planétaires sont entre les mains de 1% de la population mondiale, il est hors de question que la démocratie, qui par nature est la loi de la majorité donc des moins fortunée, laisse passer des candidats qui ne sont pas autorisés et souhaités par le système. Ce que les électeurs citoyens doivent comprendre dans cette affaire, c’est que nos démocraties contemporaines sont des simulacres. Oui, on choisit les candidats puis celui qui occupe la fonction suprême mais à la condition que ces candidats soient validés et pré-filtrés par le système lequel est le système financier et le lieu de pouvoir de ces 1% de la population qui possède plus de 99% de la richesse mondiale (8 personnes au monde possèdent même en patrimoine ce que possède la moitié de la population planétaire la plus pauvre cela donne le vertige et permet de comprendre que nos démocraties sont aujourd’hui des simulacres).

 

La désignation inattendue de Fillon par les électeurs de la primaire a coupé l’herbe sous le pied de ceux qui attendaient la désignation d’Alain Juppé, un candidat en tout point conforme aux désirs du système. Il était donc nécessaire de virer Fillon et nous assistons aujourd’hui à son assassinat politique pour que ce dernier n’accède pas à la fonction présidentielle.

 

Cette mise à l’écart de Fillon est d’autant plus nécessaire qu’un autre beau et jeune candidat, sorti de presque nulle part, est en vogue et correspond en tout point au profil du candidat du système : Emmanuel Macron…

 

Macron ne vient pas vraiment de nulle part mais de la banque Rothschild…eh oui M. Macron est un pur produit du système financier et du monde de l’argent. Regardons ses soutiens : Jacques Attali, Pierre Bergé ou le maire de Lyon qui récemment hurlait sa douleur existentielle en déclarant que vivre qu’avec 4 000 euros par mois était insupportable… Jamais un candidat se déclarant anti-système n’aura été un candidat à ce point issu du système et validé par ce système. »

 

Macron dont les casseroles et les prises de position invraisemblables sont ignorées !

 

Citoyens, ne vous faites pas avoir ! Virez les fossoyeurs de la démocratie.

Marine vite ! ...

Mais préparez-vous, elle va être la cible du prochain prurit du système.

 

Commenter cet article

trublion 05/03/2017 06:54

même aubry tacle maqueron !
au final, marine mise à part, tous les politiques de gauche comme de droite n' ont aucune conviction, leur seule volonté est d' avoir une part de gâteau !
Mais quand même, fillon est bien courageux !