Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

Il y a le feu !

Il y a le feu !

Résumé :

surtout ne pas reconduire au pouvoir les responsables de la situation catastrophique dans laquelle nous sombrons

 

D’abord un semblant de bilan

Depuis 40 ans la France est aux mains d’escrocs et d’illusionnistes, qui ont détourné les richesses du pays à leur seul profit. Les « partis de gouvernement », et le Parlement, simple chambre d’enregistrement (députés et sénateurs complices du Pouvoir) où la moitié du peuple français n’est pas représentée, en « vertu » d’un système mis en place par et pour des privilégiés… Qui veulent s’y accrocher, on peut les comprendre.

 

Quelques repères en vrac : les châteaux et demeures de luxe de Chirac, Fillon, Macron, Hollande, ceux de la CGT et ses comités d’entreprise, les arrangements entre les syndicats « ouvriers » et « patronaux » (UIMM-Union des industries et métiers de la métallurgie et les patrons-voyous, en collusion avec les syndicats)… Le cumul des mandats et des indemnités, le pantouflage des hauts fonctionnaires dans le privé (hauts fonctionnaires formés sur fonds publics).

 

Le proverbe populaire chinois dit fort justement que « le poisson pourrit par la tête ».

 

Suivant le principe de la grenouille dans la marmite d’eau froide, l’évolution est lente, progressive, encore plus ou moins insensible pour des millions de citoyens. Mais l’évolution régressive se poursuit et s’accélère.

 

Quelques exemples en synthèse.

 

Le pays vit à crédit depuis 1974 (dernière année d’équilibre budgétaire). Depuis ce sont 2200 milliards d’euros de dettes qui ont été contractées sur « les marchés ». C’est l’équivalent du PIB français (produit intérieur brut). Avec Sarkozy et Hollande le mouvement s’est accéléré, à eux deux ils ont doublé le montant de la dette (1100 milliards d’euros)… Pour donner l’illusion d’une France riche. Fillon, alors Premier ministre a bien déclaré, fort justement, qu’il était à la tête d’un Etat en faillite. Hollande lui n’a pas trouvé mieux que de financer sur les fonds publics empruntés du « logement social en Tunisie »… et Macron son digne élève d’accuser la France « de crime contre l’humanité ». Hollande qui était allé, lui aussi, comme Juppé d’ailleurs, faire acte de soumission à Alger, auprès de Ben Bella. Pour ces gens les mots ne signifient plus rien. Ce ne sont que des supports à leur logorrhée narcissique. Quant à l’honneur et la dignité, ce sont des mots qui ne figurent plus dans leur vocabulaire. Priorité à la « gamelle » et aux profits rapides et immédiats.

 

En résumé et en substance, les escrocs qui prétendent nous diriger paient plus de 50 milliards d’intérêts d’emprunts chaque année aux « marchés » (tout l’impôt sur le revenu y passe). Ils sont responsables du massacre de notre industrie, bradée à des entreprises étrangères (Péchiney, Arcelor, Alstom…) et, après avoir dilapidé notre patrimoine (Sarkozy-Fillon ont « vendu » 1730 propriétés nationales, pour se faire des « liquidités »), ces « partis de gouvernement », s’attaquent maintenant à nos infrastructures, après les autoroutes (payées sur fonds publics)données au privé, c’est au tour des aéroports (Toulouse aux Chinois, Nice aux Italiens… sous Macron).

 

La dégradation est générale et en tous domaines, à commencer par l’éducation nationale, mais aussi la multiplication des zones sensibles, en fait des zones où la République française est un lointain souvenir. La création de pompes aspirantes à migrants (CMU, AME, priorité au logement social, regroupement familial…) et l’horizon s’assombrit avec des loustics comme Macron qui veut prendre modèle sur Merkel et son million et demi de migrants accueillis en une année seulement en Allemagne. Migrants qui une fois dans l’espace Schengen peuvent aller où ils veulent !

 

RAPPEL de la notion d’échelle : avec 10 millions de pauvres et 7 millions de chômeurs, « la France ne peut accueillir toute la misère du monde » (Michel Rocard). Ce n’est ni du racisme ni de la xénophobie, mais du simple réalisme.

 

Dès le mois d’octobre, l’État n’a plus les moyens de payer ses fonctionnaires… et emprunte sur les marchés. JUSQU'À QUAND pourra-t-il le faire ?

 

Nous sommes donc en état de collapsus et ils se battent pour poursuivre le mouvement et la chute finale. Macron, l’homme de la finance mondialisée, en tête évidemment.

 

Le résultat de cette politique « de Gribouille » (pour ne pas être vulgaire) est que le pays n’a plus de capacité à investir ni à être maître de son destin ni de sa sécurité : 250 morts par terrorisme en 18 mois, des lycées agressés par des hordes de voyous, les policiers brûlés...

 

Pire tous ceux qui briguent nos suffrages ont des programmes mortifères qui continueront la décadence. Ils ont tous été au pouvoir et ont contribué à la décadence du pays, de Fillon à Macron et passant par Hamon et Mélenchon. TOUS ont été au pouvoir (sauf Marine Le Pen).

 

Il faut donc IMPÉRATIVEMENT, C’EST VITAL, énumérer les sujets qui devront être traités par le prochain (la prochaine) président (e). Mais un mandat de 5 ans n’y suffira pas.

 

Et que dire de l’ineffable Premier ministre Cazeneuve qui déclara que si la France va mal c’est la faute du FN !!! C’est connu, monsieur le Premier sinistre, quand on a la fièvre, c’est la faute du thermomètre !!!!!

 

À suivre donc:

Nettoyer les « écuries d’Augias », la santé, la justice sociale, la France oubliée, l’invasion migratoire, l’assimilation ou le rejet, la communauté nationale, le sursaut patriotique ou la mort…

Il y a le feu !

Il y a le feu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques 10/03/2017 13:48

Pour les syndicats ... quelque chose qui a été voté et qui va alimenter leur cagnotte .... TOUS les salariés sont soumis à un prélèvement (taux minime pour l'instant) sur leur salaire. C'est un hold up silencieux au bénéfice d'organismes qui ne représentent que seulement 3% de la population active !!!

trublion 10/03/2017 08:05

tous les signes de la décadence sont là, une faillite bancaire est à envisager, et à craindre, car elle déclenchera la guerre civile, mais auparavant les politiques se serviront sur nos économies !
C' est surement pour cette raison qu' on ne peut plus retirer son argent des banques sans justification