Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

En ce moment s’est ouvert le procès de militaires français, en mission en Côte d’Ivoire en 2005.

Cette affaire de meurtre d’un ivoirien, bandit de grand chemin, va encore masquer leliberezgbagbo.2.jpgfait que pendant ce temps le président Laurent Gbagbo est toujours injustement incarcéré, d’abord dans le nord du pays, puis à la CPI (cour pénale internationale de La Haye) depuis bientôt deux ans (depuis 2011).

Pendant ce temps, plus personne ne semble se préoccuper du millier de morts commis par les hommes de Ouattara, le président mis en place par notre armée sur ordre de Nicolas Sarkozy, avec l’assentiment des socialistes.

Pendant ce temps, plus de 200 personnes sont actuellement les prisonniers arbitraires du pouvoir en place. Ces hommes, dont Michel le fils français du président Gbagbo, et ces femmes, dont l’épouse de monsieur Gbagbo, semblent  oubliés de « La Patrie des droits de l’homme. » Droits de l’homme, comme « la justice internationale » (en fait un instrument au service des Etats du Conseil de sécurité de l’ONU), à géométrie très variable en fonction d’intérêts économiques sonnants et trébuchants pour les multinationales françaises (Françafrique oblige), mais très couteux pour le contribuable français.

Ne les oublions pas !


Pour en savoir plus:

casanova-Harmattan 1-W


 

Commenter cet article