Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

 

Le CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France) dénonce, encore, des discriminations dans l’élection de miss France !

 

Rappelons donc que cette élection a été remportée samedi soir, 8 décembre, par miss Bourgogne, avec pour première dauphine miss Tahiti (à gauche) et comme troisième dauphine miss Martinique (à droite), toutes les deux de couleur ambrée. Suivant les critères appliqués aux Etats-Unis, elles sont "noires", comme Obama. Alors le CRAN doit cesser d'hurler à la discrimination et définir qui doit être élu et sur quels critères précis, par exemple être la femme ou la sœur du président du CRAN. Non ?

 Tahiti.jpegMartinique-copie-1.jpeg


 

Le CRAN donc conteste l’élection en ces termes (SOURCE Var matin du mardi 11 décembre 2012) : « il s’agit d’une véritable négation de l’existence des Français d’origine africaine, qui disparaissent le temps d’une soirée de notre territoire. » Un compère de regretter : « que miss France soit aussi blanche que la neige de fin d’année déposée sur les clochers de notre France éternelle. »

 

Rien ne nous sera épargné, maintenant ils vont proposer des quotas pour les miss. Mais ils peuvent aussi exiger que les candidates d’Outre-mer ne soient pas métisses, mais totalement noires.

 

Voir aussi sur le sujet mon article n°810, où j'ai fait un petit tour de la question : http://www.ampus-casanova.com/article-810-concours-de-beautes-noires-miss-black-france-pour-changer-un-peu-quoique-104248696.html

 

Une chose est sûre, le ridicule ne tue plus depuis longtemps... et les "communautés" commencent sérieusement à nous pomper l'air. Entre les gris qui veulent dissimuler leurs femmes sous des abayas ou des burqas... et les noirs qui trouvent qu'on ne montre pas assez les leurs... je propose au gouvernement de créer une commission sur ce sujet, capital pour la société et le "vivre ensemble".

 

 


 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article