Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

Notes de lecture.

Pierre Bourdieu, professeur au Collège de France. « Sur la télévision », Raisons d’agir éditions, 2008.

La télévision fait courir un danger très grand aux différentes sphères de la production culturelle, art, littérature (...), un danger non moins grand à la vie politique et à la démocratie ».

Bourdieu démonte les mécanismes de la censure invisible qui s’exerce sur le petit écran.

Il explique comment la télévision, qui domine le monde du journalisme, a profondément altéré le fonctionnement d’univers aussi différents que ceux de l’art, de la littérature, de la philosophie ou de la politique, et même de la justice et de la science…

Serge Halimi, journaliste et écrivain, directeur du monde diplomatique, « Les nouveaux chiens de garde »,  Raisons d’agir éditions, 2005.

La presse écrite et audiovisuelle est dominée par un journalisme de révérence, par des groupes industriels et financiers, par une pensée de marché, par des réseaux de connivence. Alors, dans un périmètre idéologique minuscule, se multiplient les informations oubliées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices, les services réciproques. Un petit groupe de journalistes omniprésents – et dont le pouvoir est conforté par la loi du silence – impose sa définition de l’information-marchandise […].

A suivre évidemment, mais il faut noter d’emblée que les régimes totalitaires ont d’abord commencé (et continuent) par la maîtrise de l’information et par la propagande. Hannah Arendt a parfaitement démontré qu’une « logique » de la déraison aboutit au totalitarisme.

 Il faut ajouter que chaque individu ne peut juger qu’en fonction des capacités de son propre cerveau (que chacun en toute bonne foi considère aussi performant que celui du voisin) et rares sont les individus qui peuvent se transcender pour accéder à une compréhension d’autrui ou « supérieure ». Je n’entre pas ici dans la définition de l’intelligence, très vaste et controversé sujet.

Par contre, faute d’aborder l’intelligence, on peut aborder son contraire, la stupidité ou la bêtise. il me faut ainsi citer Carlo M. Cipolla, historien de l’économie de renommée mondiale, qui fut professeur à l’université de Berkeley, aux Etats-Unis et à l’Ecole normale supérieure de Pise (Italie) et son amusant et instructif ouvrage : « Les lois fondamentales de la stupidité humaine », PUF éditeur, 2012.

Où je retiens deux idées de base :

« la probabilité que tel individu soit stupide est indépendante de toutes les autres caractéristiques de cet individu »

et 

« L’individu stupide est le type d’individu le plus dangereux ».

Ainsi chacun de nous a sa part de stupidité et sa part d’intelligence… à des degrés et sur des sujets variables. En ce moment la vie politique nous permet d’illustrer abondamment ces deux idées ou principes et la perception qu'en ont les individus.

La Quatrième Loi fondamentale, de Cipolla mérite une attention particulière, puisqu’elle stipule que «Les non-stupides sous-estiment toujours la puissance destructrice des stupides. […]». Depuis des siècles, depuis des millénaires, dans la vie publique comme dans la vie privée, d'innombrables individus ont omis de prendre en considération la Quatrième Loi fondamentale, ce qui s'est traduit par des pertes inimaginables pour l'humanité. »

Ainsi, aujourd’hui nous connaissons bien les mécanismes, à l’œuvre, aboutissant à la disparition de l’esprit critique et cartésien, donc à l’abaissement du niveau intellectuel et à la capacité de jugement des citoyens. Cette évolution hypothèque l’avenir de la démocratie, puisque les peuples manipulés perdront de plus en plus leur aptitude à juger en « bon sens ». Les votes reflétant de plus en plus la manipulation des esprits par les détenteurs du pouvoir médiatique, donc du Pouvoir. La démocratie est ainsi en train de devenir un alibi commode, pour maintenir au pouvoir une certaine caste.

Il convient donc, de lutter pour que le bull-dozer des machines médiatiques à décerveler, par une désinformation de masse, ne vienne à terme faire disparaître République et démocratie.

A chacun de faire un effort de compréhension et d'ouverture.

 

Peut-être à méditer.

 

Commenter cet article