Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

J’ai précédemment donné mon avis sur un sujet précis concernant ma profession.

Voici le résumé par un journaliste généraliste, Gérald Andrieu, Marianne.fr. (extrait) :

« François Hollande tourne en (grande) boucle. […] Le chef de l’Etat — et le pays avec lui — ont décroché du peloton de tête […] Il nous explique « qu’il ne faut pas céder au pessimisme », que la France est « un grand pays ». Certes. Mais ces phrases, il les répète comme un mantra lors de chacune de ses interventions.

Monsieur Andrieu exagère sans doute puisque le président a déclaré :

« La politique, ce n'est pas de la magie. C'est une stratégie, c'est une volonté, une cohérence ». 

 

Tout est dit et on ne peut qu’être d’accord avec le président.

 

Seulement voilà, définition de « stratégie » : « ensemble d’actions coordonnées en vue d’une victoire » (Petit Robert).

La stratégie en politique implique le long terme, l’union des forces d’un peuple rassemblé, une continuité dans l’action durable des dirigeants. Ces conditions élémentaires sont loin d’être réunies, même dans un microcosme villageois, comme Ampus, elles sont la condition sine qua non du développement. Mais les dirigeants, nationaux ou locaux sont d’abord préoccupés par de basses tactiques :

d'une part, le dénigrement systématique des prédécesseurs. Méthode efficace bien connue d’auto-valorisation ( j'y reviendrai en traitant un jour prochain du cas d'Ampus) et,

d'autre part, suivant le vieil adage « diviser pour régner », surtout s’activer pour ne pas rassembler,  dans l’espoir de garder une « majorité » et son corollaire, le Pouvoir.

Pour quoi faire est devenu accessoire. On s'agite, on bricole et on communique. De toute façon les Français ont la mémoire courte (Pétain dixit).

 

Pour en revenir à l’interview du président, la question est comment passer de la coupe aux lèvres ? Comment passer du discours théorique à la pratique ? Comment dans un contexte où tous les signes d’asservissement d’un système à la finance et à la spéculation internationale (le mondialisme) sont patents, comment avoir une stratégie pour sauver la France et son peuple ? Le Pouvoir étant entre les mains de communicants, celle là de stratégie, nous l’attendons et l’attendrons encore longtemps. Même si toutes les données sont bien connues.

Problème, comme le dit le bon sens populaire,  on ne fait pas courir le Grand prix de l’Arc de triomphe, réservé aux meilleurs pur-sang du monde, par une mule. Cette image ne me semble pas très loin de la réalité politique internationale. Seuls des responsables politiques réellement déterminés, de haut niveau sauveront leurs peuples. Pour le moment la seule victoire visible est celle des Goldman Sachs.

Quoi qu'il en soit nous vivons, les démocraties, vivent dans l'illusion et la confusion. Les peuples élisent des dirigeants qui sont pour la plupart des bateleurs, n'ayant même pas le temps de lire leurs fiches, alors que les lignes d'actions sont définies par des "conseillers" ou des "truteurs" de l'ombre dont le peuple ignore tout.

NB. Sujet à peine effleuré...

Commenter cet article

trublion 15/07/2013 09:08

on connait ces interviews programmées avec questions et réponses faites d' avance.
Rantanplan a perdu une occasion de plus de se taire.
Il prend les français pour des demeurés !