Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

Si Carlo M. Cipolla renaissait aujourd’hui (il est décédé en 2000), il aurait sans doute de quoi alimenter d’exemples abondants son pamphlet sur « les lois fondamentales de la stupidité humaine » édité chez PUF en 2012 (première édition en 1988).

NB. En ces temps de morosité, Cipolla est à lire ou relire. Malgré la gravité de son propos,  s’il ne vous tire pas un sourire c’est que votre cas est désespéré et qu’il faut aller consulter un homme de l’art.

Pour ma part, je rends aujourd’hui un hommage post-mortem à ce grand philosophe italien qui ignorait ce qu’est la langue de bois.

 

Il me faut donc le citer textuellement.

Dans sa première loi, il énonce :

« La probabilité que tel individu soit stupide est indépendante de toutes les autres caractéristiques de cet individu. » et  il ajoute : « Sur ce point, la Nature semble bien s’être surpassé. » […] « Je suis certain que la stupidité est la chose au monde la mieux partagée. »

 

« Le potentiel dévastateur des gens stupides dépend de deux facteurs principaux. Premièrement le facteur génétique […] Parmi les bureaucrates, les généraux, les hommes politiques et les chefs d’Etat, on trouve sans peine de superbes exemples d’individus fondamentalement stupides dont la faculté de nuire est ou a été rendue beaucoup plus redoutable par la position de pouvoir qu’ils occupent ou occupaient. »

« Les êtres raisonnables se demandent pourquoi et comment les gens stupides peuvent atteindre une position de pouvoir et d’éminence.

[…]

N’oublions pas que selon la Deuxième loi fondamentale, un pourcentage  des électeurs est composé d’individus stupides et que les élections leur offre à tous à la fois une occasion formidable de nuire à tous les autres sans rien y gagner. 

 

Observations.

C’est le traitement de « l’affaire » du déraillement du train à Brétigny sur Orge qui m’a fait penser à Cipolla.

Si nous suivons bien, le préfet en son bureau, comme le ministre des transports, et d’autres « responsables » administratifs (aux ordres) prétendent qu’il ne s’est rien passé après le déraillement du train, alors que les rapports des CRS et de la police font état de vols et caillassages (quatre plaintes ont d’ailleurs été déposées) commis par des « jeunes » des cités qui ont été immédiatement présents sur le déraillement avant même les pompiers.

Là j’ai trouvé matière à interrogation grave et profonde : Volonté de dissimulation ? De qui ? Pourquoi ? Complicité de qui avec qui ? Pourquoi ce besoin de dissimuler ou de travestir la réalité ? Quel intérêt ? Pour qui ? Pourquoi ?

Pourquoi ce pataquès nettement orienté pour le prétendu néo-nazi de Corrèze avec arrestations, garde à vue d’une femme enceinte, de gens apparemment sans histoire, désormais relâchés et pourquoi ce cafouillage et ces contradictions. Là, à Bretigny sur Orge en banlieue parisienne, s’agissant de « jeunes » (jeunes délinquants semble-t-il) ?

Pourquoi et systématiquement ce deux poids deux mesures ? 

 

Je n’ai pas trouvé de réponse simple. Mais finalement s’en référer à Cipolla et à la stupidité m’a semblé plus commode.

 

Quoi que, à la réflexion, je ne suis pas sûr que la stupidité soit suffisante pour expliquer ce qu’il s’est passé. Il semble que se soit plus grave ! Peut-être même une affaire d’Etat ?

Quand la police et la gendarmerie, d’une part, sont ouvertement en contradiction avec leurs autorités gouvernementales de tutelle, d’autre part, quand le porte-parole du ministère de l’intérieur déclare à la télévision qu’on ne peut parler de caillassage puisque les pierres n’ont pas atteint leur but, là on ne peut que rester sans voix ni arguments.

Posséder 4 fusils, légalement déclarés, vous fait traiter en terroriste potentiel, caillasser des policiers, « sans atteindre son but », est considéré par le ministère de l’intérieur comme négligeable. Immanquablement il faut en revenir au traitement de la pacifique Manif pour tous (contre le mariage gay) et à celui des dégradations et vols commis au Trocadéro par les « jeunes » de banlieue.

 

La situation devient très sérieuse, puisque l’impartialité de l’Etat et/ou de ses instruments régaliens est en cause.

Gloire à notre président !

Qui a une vision claire de ce que sera la France dans 10 ans.

On est rassuré !

Hollande3

 

Commenter cet article

trublion 20/07/2013 09:52

La délinquance augmente, quoiqu' en dise le valseur et sa complice indépendantiste !
Alors, ils veulent cacher la réalité, et obtiennent le résultat inverse !
Mais bon, à quoi pouvait on s' attendre sinon à de l' incompétence avec des débutants rendus idiots par leur idéologie débile