Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

 Reçues de JPa. Merci frère. Extraits.

 

Un policier du 93: « Je ne contrôle plus les femmes voilées pour éviter les émeutes »
Laurent, policier de la BAC dans le 93, a décidé de faire une croix absolue sur le contrôle des femmes voilées. « Ça part presque systématiquement au clash ». Quand il croise ces femmes au visage masqué, il passe son chemin. « Elles ne marchent presque jamais seules dans les cités. Donc on a pris le parti de ne plus les contrôler du tout, pour éviter ce qui s’est passé à Trappes. »
Une autocensure totale de plus en plus courante sur différents types de délits « pour acheter la  « paix sociale », pour éviter les émeutes, pour ne pas avoir de collègues blessés ».
Cela ne suffit pas toujours. « Il y a quinze jours, j’ai contrôlé des mecs suspectés d’un vol avec violence. Nous étions deux contre dix. On n’a pas fait le poids », confie-t-il, amer.
« Le problème ne vient pas de la loi mais des mentalités. () Il y avait une forme de respect de l’autorité avant qu’il n’y a plus aujourd’hui. Maintenant, lors d’un contrôle, on n’a pas le temps de dire bonjour qu’on se fait déjà insulter. »
Pour Laurent, la loi est loin d’être la même pour tous. « Dans la Creuse, si vous conduisez votre scooter sans casque, vous prendrez 90 euros. En Seine-Saint-Denis, on vous laissera faire. Il ne faudrait pas prendre le risque d’une émeute »

NB. Ils n'ont pas fait le poids à 2 contre 10 car ils ont des armes et n'ont pas le droit de s'en servir. Ils n'ont même pas le droit de mettre la main sur la crosse de leur arme !

C'est comme ça que deux gendarmes femmes se sont faites tuer (par un suédois) sans utiliser leurs armes pour se défendre... Mais elles ont été décorées à titre postume ! C'est le pied.

Toujours le deux poids deux mesures en faveur des délinquants suédois.

« La paix sociale », j’ai connu ça quand j’étais maire et que j’ai voulu dénoncer, sans suite, à la préfecture des abus… C’est pour la paix sociale m’a-t-on répondu.

 

Ça craint !

Commenter cet article