Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

Site de la présidence de la République.

Extrait.

Projet de loi :  VILLE ET COHESION URBAINE

SOURCE : http://www.elysee.fr/conseils-des-ministres/article/compte-rendu-du-conseil-des-ministres-du-2-aout-201/

 […] réinstaurer la justice dans tous les territoires, notamment dans les quartiers populaires. Les habitants des quartiers de la politique de la ville sont en effet confrontés, au quotidien, à des inégalités profondes et persistantes. Ainsi, dans les zones urbaines sensibles, le taux de chômage se situe au double de la moyenne nationale et l’écart s’est creusé avec la crise, un habitant sur trois vit sous le seuil de pauvreté, un habitant sur quatre renonce à des soins pour raisons financières, les élèves issus des collèges des quartiers sont plus souvent que les autres orientés vers les filières courtes et les discriminations liées à l’origine ou l’adresse pèsent dans l’accès à l’emploi.

[…]

Les objectifs d’accès aux services publics et de lutte contre les discriminations sont affirmés.

[…]

ce projet de loi donne ainsi une ambition nouvelle pour le retour de l’égalité républicaine dans les quartiers populaires.

Il paraît qu’ils ont débattu un an pour en arriver à ce constat et à cette loi. C’est écrit dans le compte rendu publié sur le site de l’Elysée (d’où a définitivement disparu le drapeau tricolore).

Si j’en juge par les déclarations d’élus proches du gouvernement (PS et EELV) qui ont réclamé l’intervention de l’armée, il ne semble pas que l’injection des quelques milliards qui peuvent être ponctionnés dans l’épargne des Français, seront suffisants pour changer la donne, à savoir : trafics en tous genres, à la moindre anicroche incendie d’écoles, de gymnases, de bâtiments publics, incendie de voitures, sièges de commissariats…

A moins que l’argent qui va être distribué ne serve à obtenir quelques temps (pendant le mandat Hollande) la « paix sociale » en arrosant les associations et en construisant des mosquées, et en créant des emplois « publics » artificiels.

 

Jusqu'ici, plus de 40 milliards d'euros ont été dépensés, en pure perte, dans les politiques de la ville de l'UMPS.

NB. Le maire socialiste d'Amiens se désolait que les agités (dits "jeunes") aient brûlé des bâtiments publics, je l'ai entendu pratiquement pleurer à la télé en déclarant : "Pourtant tout était neuf, nous avions beaucoup investi".

Alors une nouvelle loi et de nouvelles déclarations vides de sens du président de la République : "je suis pour une politique de la ville". Pourquoi faire ? Bien envoyé François. Il faut au moins avoir fait l'ENA pour sortir une telle phrase. Je suis impressionné. Ça c'est de la vraie politique !

Bref, au final nous aurons du détournement de fonds publics en perspectives.

 


Commenter cet article