Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

1 - Pendant toute la « crise » française sur la Syrie, toutes les émissions télévisuelles n’ont présenté que le point de vue et les souffrances des « rebelles ». Les horreurs de la guerre civile ne semblent avoir été commises (pour la télé française) que par les troupes loyalistes (ils nous ont déjà fait le coup sur la Côte d’Ivoire). Alors que même les rapports de l’ONU disent le contraire (ça a été pareil en Côte d’Ivoire et en Libye). Nous avons la démonstration d’une information télévisuelle aux ordres du pouvoir en place. Ainsi la télévision française est bien un outil de propagande. Elle n’est pas un outil d’information, puisque cette information est toujours orientée. Idem pour les informations sur l’Islam, les Antifa, ou les identitaires….

Dans aucune des émissions regardées, jamais un intervenant n’a apporté le point de vue du pouvoir en place en Syrie. Curieusement ce sont les opposants laïques à Bachar al-Assad qui, lors des émissions, ont introduit  des nuances qui semblaient échapper aux « journalistes ».

2 - Depuis la proposition russe de contrôler l’arsenal chimique syrien, nous assistons à un autre numéro de formatage des esprits, celui de  la prétendue « hypocrisie » ou pire du « cynisme » russe. Pour nos grands guerriers, proposer la voie diplomatique plutôt que la guerre, ne peut ressortir que du « cynisme », comme si la Russie n’avait pas fait la preuve qu’elle ne craignait pas la guerre et malgré l’accueil favorable d’Obama.

3 - Maintenant nous entrons dans une nouvelle phase de désinformation télévisuelle, celle de « l’omission ». Hier, vendredi 13 septembre 2013, aux « informations » de 12H30, sur France 3, pas un mot sur les négociations entre Russes et Américains sur la Syrie. Il faut dire que Fabius et Hollande ne semblent pas avoir été invité à des discussions diplomatiques. Nous ne somme concernés que par des « frappes » et les punitions !

Ça m’évoque Yalta, où les Français n’ont pas été invités (mais ils ont quand même obtenu, grâce à Churchill) un siège au Conseil de sécurité de l’ONU.

Il me semble par ailleurs  schizophrénique qu’à l’intérieur de nos frontières nos dirigeants n’aient que de la compréhension et par voie de conséquences du laxisme, pour les malfaisants et criminels et qu’à l’extérieur, la peine de mort soit leur seule option. Je crois avoir déjà écrit qu’il me semble bien que l’on soit dans la psychiatrie.

Finalement, le bijoutier de Nice, n’a fait qu’une « frappe » punitive, du même type que celle que l’on voudrait appliquer à Bachar al-Assad. Non ? En bien moins grave, puisqu’il n’y a qu’un mort, mais exemplaire d’efficacité de ce que pourrait faire le citoyen pour son auto-défense.

Si quelqu’un voit une différence qu’il l’écrive. En effet, le bijoutier a dû viser la roue du scooter et a attrapé le voleur dans le dos. Le chasseur, ou le tireur qui a déjà tenu une arme de poing sait très bien que cette option est plausible, sur une cible mobile.

La peine de mort pour Khadafi ou Bachar al-Assad, mais pas pour les barbares sur le sol français. On est en pleine confusion des esprits. Ils devraient « consulter ».

 

 

Commenter cet article