Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

A plusieurs reprises j’ai reçu des remarques en forme de reproches pour l’utilisation fréquente et péjorative du terme « bobos ». Encore hier.

Il me faut donc faire une brève mise au point.

 

Oui j’emploie le terme bobo dans un sens péjoratif. Oui ce terme est effectivement péjoratif. 

 

Définition tirée de wikipedia.

« Le terme bobo, contraction de bourgeois-bohème, est une expression désignant des personnes relativement aisées dont les valeurs se situent à gauche. »

Je retiendrais l’analyse de François d’Epenoux, qui me convient assez bien et correspond à ce que je pense des bobos.

« L'écrivain François d'Épenoux décrit les bobos comme « les nouveaux maîtres de Paris, stars des gazettes et chouchous des pubards, leaders d'opinion et des dîners en ville, nouvelle volaille qui, comme dans la chanson de Souchon, fait l'opinion. [ … ] Ce sont quelques poignées de vrais bourgeois mais faux bohèmes, connus ou inconnus, fricotant dans la pub, la presse, la musique ou le cinéma, bref, dans des métiers bien, qui prônent leurs idées et prêchent leurs discours avec d'autant plus de légèreté mondaine qu'ils n'en subiront jamais les conséquences, planqués qu'ils sont dans leurs donjons bardés de digicodes. [ … ] Ce sont les nouveaux gardiens de la Pensée unique qui déversent sur le moindre assaillant l'huile tiède d'une soupe idéologique ressassée, entre deux flèches trempées dans le fiel mortel de leurs propres erreurs »

 

OBSERVATIONS.

  • Ce terme pourrait ainsi s’appliquer à tous les membres du gouvernement, dont François Hollande évidemment, et à une classe sociale qui n’a pas de problèmes de fin de mois mais qui a des idées « généreuses » : le mariage des homosexuels ne se discute même pas, les frontières ça sert à quoi (eux qui prennent souvent l’avion), « tous le monde il est beau, tout le monde il est gentil » (eux qui n’habitent pas les zones sensibles, mais des quartiers huppés), La France, « patrie des droits de l’homme » (ah, les droits de l’homme, la belle expression),  se doit d’accueillir toute la misère du monde… Et qui traitent allègrement de populistes, ceux qui se plaignent d’une faune allogène aux mœurs plus ou moins agressives.
  • Les bobos, sont ainsi contre tout ce qui peut les déranger, comme les manifs paysannes, ils sont anti bonnets rouges, ces bouseux qui nous font bouffer de la m… après avoir perçu les subventions de l’Europe.
  • Bref, je n’aime pas trop les bobos qui vivent dans une bulle si éloignée de la majorité du peuple.
  • Et bien que ce qualificatif m'ait été adressé, je ne crois pas correspondre à la définition du bobo. Quoi qu'il en soit, nous sommes à une époque de mutation du vocabulaire et du sens des mots, alors, peut-être dans la tête de certains je suis un bobo. Je leur donne un conseil gratuit :  qu'ils utilisent un dictionnaire.

 


Commenter cet article

YG 22/11/2013 09:47

bien envoyé ! Bravo

trublion 22/11/2013 09:08

c' est tout à fait ça, de l' utopisme humaniste