Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

C’est presque comme la chanson enfantine « Malborough s’en va en guerre »…

 

Maintenant c’est une nouvelle guerre interreligieuse dont on va se mêler.  Pour notre rôle, tant attendu ( !) le doute peut légitimement s’installer.

Que va faire la France ???Va-t-elle s’interposer entre les béligérants (version officielle) ? Ou va-t-elle prendre parti pour un camp ? Comme elle l’a fait en Côte d’Ivoire.

 

La question est légitime puisque hier aux « informations » télévisuelles il nous a été présenté les morts musulmans dû aux chrétiens. Mais évidemment, comme d’habitude, les morts chrétiens dû a des musulmans ont été oubliés.

 

Le Tchad et son président Idriss Déby (ex- terroriste en quête de réhabilitation), qui a aidé la France au Mali, étant parti prenante dans ce conflit de Centrafrique, quelle va être l’option française ? Soutenir les musulmans tchadiens ou les chrétiens du sud qui pour se protéger des musulmans du nord ont dû créer des milices armées.

 

Mais, braves gens, nous avons aussi entendu à la télé que chrétiens et musulmans sont frères dans ce pays… ce dont je ne doute pas à  l’origine entre ressortissants de ce pays, mais qu’en est-il des fauteurs de guerres ? Dont les Boko Aram ou AQMI qui sévissent dans la région.

 

C’est l’occasion de rappeler que les rebelles du nord en Côte d’Ivoire ont été les premiers à déclencher un conflit sanglant qui a duré 10 ans et que finalement la France a pris parti pour les rebelles du nord et mis en place à la tête du pays un musulman affairiste Alassane Ouattara, et que le président élu, Laurent Gbagbo, a été arrêté par l’armée français, incarcéré à la Cour pénale internationale à la Haye (CPI), sous le prétexte de crimes contre l’humanité, qui a l’évidence et selon tous les rapports de l’ONU ou des ONG internationales ont été commis par les rebelles désormais au pouvoir !!!!!! 700 partisans de Laurent Gbagbo, dont son épouse sont toujours emprisonnés sans jugement, et pour cause, 3 ans après les évènements.

 

Il est curieux ( ?) de constater que la CPI tarde a juger le président Gbagbo, faute de preuves suffisantes, les preuves existantes et connues étant à charge du président usurpateur, installé par la France, Alassane Ouattara. La CPI ayant demandé au procureur d’apporter des preuves de ses allégations contre Gbagbo, nous voilà reparti dans une quête de vérité , sur place, après la présence de Ouattara pendant 3 ans au pouvoir. Ça promet comme objectivité.

 

Apparemment cette situation, créée par la France (de la Françafrique) n’empêche ni Sarkozy, ni Hollande de dormir.

 

La question qui me préoccupe et m’inquiète de bon matin est donc qu’allons nous avoir comme attitude en Centrafrique ??? Que vont conseiller les innombrables conseillers en communication au président Hollande ???

 

 

 

 

 

Commenter cet article

trublion 06/12/2013 09:17

ce que je sais, c' est que nous avions déjà environ 500 soldats en Centre-Afrique, qui n' avaient pas le droit d' intervenir lors des massacres de chrétiens, et ce que je constate, c' est que
lorsqu' il s' agit des musulmans, même l' Onu intervient !