Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

REMARQUE PRÉLIMINAIRE: Avec Patrick VIGNAL, la commune est entrée dans l’ère de la « manipulation des esprits», du dénigrement, de la suffisance sans raison (suivant le principe biologique que la fonction créé l’organe) et de la rupture du continuum républicain : « j’ai trouvé une commune à l’abandon » est la phrase la plus emblématique de l’état d’esprit de « Vignal  & associés », et de sa ligne de conduite. Vignal a trouvé, dit-il, une commune à l’abandon avec des stations d’épurations, des routes goudronnées, des bâtiments, des rues et places restaurés, un éclairage public à économies d’énergie, des réservoirs d’alimentation en eau potable, un réseau d’eau, des instruments d’analyse et de prévision (dont le POS)… Bref, « un village à l’abandon » ! C’est pour cette phrase et dans un esprit de justice élémentaire, que je m’impose de faire des mises au point périodiques. […] Il ne s’agit de ma part ni de nostalgie, ni de lamentations, mais d’information des ampusiens qui seraient intéressés par l’histoire immédiate du village, dans le prolongement de celle décrite par Marcel Faure l’ancien instituteur du village. 

 

DOSSIER DU JOUR : la jeunesse.

 

Sur le blog de Hugues MARTIN, il est fait état d’une rencontre instructive avec Dazibao-W.jpgles jeunes et une photo (ci-contre) montre le dazibao construit par une municipalité Casanova, sur l’esplanade de l’école.

 

L’histoire étant un éternel recommencement, il me semble utile d’évoquer quelques épisodes et anecdotes de l’histoire immédiate de la commune, pour l’essentiel tirés des blogs :

http://www.ampus-2008-casanova.over-blog.fr 

Et http://www.ampus-casanova.com 

Ces informations pourront peut-être servir à ceux qui seront élus. élus

 

1° sur le blog http://www.ampus-casanova.com 

Article n° 148 du mercredi 9 juillet 2008 – Dazibao – Jeunesse – Un peu d’histoire.

Il ne sert à rien de dénoncer les dérives autoritaires de nos dirigeants de tout poil,

si localement nous ne sommes pas capables de réagir devant des comportements critiquables, excessifs, sinon suspects.

 

Voici un court extrait de l'histoire récente d'Ampus, inspiré par un incident récent.

 

Il était une fois, dans des temps anciens, quand j’étais maire et que M.PV n’était pas « aux affaires », il m’avait longuement interpellé téléphoniquement, pour que je fasse cesser les jeux de ballons des enfants, sur le boulodrome (donc sous ses fenêtres), que faute de mon intervention énergique, il envisageait de constituer une milice... « avec fusils à pompe » pour faire cesser ces jeux !!!

 

C’était une boutade sans nul doute, mais je lui ai alors fait vivement remarquer que ses propos étaient d’autant plus démesurés et déplacés, même s’agissant d’une boutade, qu’il était officier de l’armée française et qu'il parlait de jeux d'enfants. Oui, j’ai une certaine opinion de ce qu’est, ou devrait être, un officier de l’armée française. Mon âge sans doute.

 

Cela étant, je suis alors intervenu, auprès des enfants, pour qu'ils Mur-de-Tags-W.jpgcessent d'importuner M.PV, puis j'ai fait construire un mur-dazibao sur l’aire de jeux de l’école pour qu’ils puissent se défouler contre ce mur (où un portail avait même été dessiné, par le regretté Jean-Marc Gaucher).

 

Aujourd'hui, bien que ce mur soit situé sur une aire de jeu entourée de barrières et de grilles de "protection", le maire a menacé les enfants de ses foudres s'ils continuent à le taguer.

 

Qui peut sérieusement être dérangé par le taguage de ce mur, construit  pour être un défouloir ?

 

Les motivations pour "stopper" les enfants dans cette "dangereuse" action sont-elles rationnelles ou y a-t-il des motivations psychanalytiques, par exemple l'autoritarisme et le désir d'être le Chef craint et obéi (...des plus faibles évidemment) ?

 

À moins que suivant une méthode éprouvée, et semble-t-il électoralement efficace, il menace d'abord, puis se montre magnanime ensuite.

 

Alors, que va-t-il se passer avec ce mur de tags, assimilable à un dazibao ?

 

Peut-être sera-t-il démoli ? Cette solution aurait l'avantage de faire disparaître une nouvelle trace des actions des maires antérieurs. Au bénéfice de qui ?

Peut-être un garde sera-t-il recruté pour surveiller le mur ?

Peut-être un escadron de gendarmes verbalisera les parents ?

Est-ce une tempête dans un verre d'eau, sans lendemain ?

Est-ce un prurit passager du "Conducator" ?

Mais peut-être M.PV se rendra-t-il compte qu'il vaut mieux que les enfants se défoulent sur ce mur, créé pour leur usage ?

Pour ma part je suggère que la mairie leur offre la peinture et organise un concours de tags.

 

 

2° Sur le blog http://www.ampus-2008-casanova.over-blog.fr 

Article 36 - du 31 mai 2007.

Extrait : "structurer la randonnée pédestre pour la découverte des gorges de la Nartuby" (entre le plan de Couan et la source des Frayères, pour en faire un terrain d'aventures.

 

Article n° 248 -  du 17 août 2007. à l’écoute de la jeunesse

Hier (16 août 2007) après-midi, quelques « jeunes », tous mineurs, étaient attablés place de la Mairie « chez Fanfan » où, de leur propre dire, « ils s’ennuyaient ».

 

Nous avons donc discuté un peu et je leur ai demandé leurs souhaits.

 

Leur réponse :

                un terrain de foot,

                un baby foot,

                un terrain de cross,

                une piscine.

 

Mon premier commentaire à chaud et ma réaction:

         1° de tout temps les ados se sont plus ou moins ennuyés.

         2° la jeunesse est un état fugace et si parfois certains « jeunes » ont un comportement répréhensible, on ne peut reprocher à chaque génération les griefs faits à la génération précédente. Il semblerait en effet que la salle des « jeunes » que nous avions fait construire et équiper d’un baby-foot leur soit désormais interdite, par suite « d’embrouilles » (c’est l’expression qu’ils ont employée). Ils semblaient même connaître les conditions mises par la mairie pour que la salle leur soit à nouveau ouverte : « créer une association, déposer une caution et être encadré par un adulte ». Si ces conditions sont exactes, autant dire que la salle (des jeunes) sera toujours interdite « aux jeunes », ne serait-ce qu’en raison de leur minorité qui ne leur permet pas de constituer une association formelle. Je vais bien sûr vérifier.

         3° il n’est pas facile d’accéder à certaines demandes (piscine, terrain de foot-ball), mais par contre pour d’autres (baby-foot ou terrain de cross) il n’y a aucune difficulté insurmontable pour répondre aux besoins.

        des solutions existent qui peuvent être rapidement et à moindre coût mises en place. Il faut le vouloir. J’y reviendrai progressivement en présentant mon programme d’action municipale.

         5° Dans cette perspective, je leur ai demandé de se réunir, en plus grand nombre possible, de discuter entre eux pour établir un ordre de priorité dans leurs souhaits et qu'à partir de là une "stratégie" serait mise en place pour donner satisfaction.

 

Article n° 308 – du 15 septembre 2007. Programme jeunesse.

À de nombreuses reprises, les « jeunes » se sont plaint de ne pas avoir d’espace à eux.

Parmi les revendications recueillies, j’ai noté l’envie de pouvoir faire leurs « cabanes ».

Voici une piste de réflexion constituant un deuxième point de mon Le-Pouvet-4.jpgprogramme.

À côté du tennis est un terrain communal (acheté « de mon temps » par la Mairie). Ce terrain (voir le plan ci-dessous) proche du village, mais suffisamment éloigné des habitations, pourrait être mis à la disposition de la jeunesse pour des activités ludiques ou de découverte.

Je me propose donc d’en discuter avec les jeunes et d’envisager un aménagement conforme aux souhaits de chacun.

 

3° Réaction des jeunes du village lors de la campagne des municipales de 2008.

Extrait d’un livre de souvenirs en cours de rédaction (mais qui ne sera peut-être jamais publié. Cela dépendra des évènements).

 

« Il y a plus cocasse. Allez savoir pourquoi les « ados » et pré-ados » n’aimaient pas le colonel-maire. Apparemment ils ne l’aimaient tellement pas qu’ils ont voulu du haut de leurs 12-14 ans se mêler de la campagne. Tout à fait. A la surprise générale ils ont rédigé un tract de leur propre initiative. Oui de leur propre initiative ! (nous l’avons vérifié auprès de leurs parents qui n’en savaient rien), et ils l’ont distribué dans le village.

 

Vous vous doutez bien que la rumeur (une de plus) s’est emparée de l’incident et que la paternité de l’opération des enfants m’a été attribuée. Evidemment, compte tenu du contenu du tract ci-dessous présenté.

 

L’auteur du tract, vexée qu’on ne lui reconnaisse pas l’initiative, du haut de ses 14 ans, a fait le tour des bars pour annoncer que ceux qui voulaient la priver de la maternité du tract auraient à faire à elle. Les termes réels étaient moins choisis.

Le tract des jeunes donc.

« Nous , les jeunes du village d’Ampus trouvons que ce dernier neJeunes-W.jpg propose pas assez d’activités pour les jeunes de notre âge (12 à 16 ans);

Il se trouve que les plus petits disposent du parc de jeux et de l’atelier du mercredi, mais nous, nous n’avons que le court de tennis[1] et le stade.

Dans les projets des personnes se présentant aux élections municipales, ce sont ceux de monsieur Casanova qui nous intéressent le plus. En effet il projette de faire construire un terrain de bosses[2] (pour les vélos), ce qui nous plairait beaucoup.

Certaines personnes du village nous critiquent et nous accusent de faire des bêtises. Mais si nous avions davantage d’activités qui nous intéressent ( on en revient au terrain de bosses) nous aurions de quoi nous occuper et par conséquent nous serions plus sages.

Pendant son mandat, monsieur Vignal n’a pas fait beaucoup de choses pour les jeunes et nous aimerions que cela change, s’il vous plaît, nous vous le demandons au nom de tous les jeunes, votez pour monsieur Casanova.

En revanche nous sommes dans l’incapacité de faire parvenir cette lettre à tous les habitants d’Ampus. Nous ne pouvons contacter que le village même et donc les hameaux ou quartiers en dehors du village ne connaissent pas notre demande. Nous vous demandons de faire parvenir ce message à un maximum de personnes.

Nous tenons à vous certifier que nous avons écrit cette lettre de notre propre initiative, en espérant que vous en tiendrez compte au deuxième tour des élections.

Avec tous nos remerciements. Cordialement.  Les jeunes du village. » 

 

NB. Il m’a été rapporté que M.PV, et son adjoint aux finances, ont « coursé » les enfants distributeurs de tracts, les traitant de « petits salopards » !

 

Réaction immédiate : « Maintenant, il utilise les enfants ! » Voilà c’était dit…

 



[1] Construit sous une municipalité Casanova. Rappelez-vous, M.PV a parlé de village laissé à l’abandon.

[2] Le premier bulletin d’information de la mandature nous annonce que le projet est lancé. Les campagnes électorales ont du bon pour trouver des idées. Il semble donc maintenant que les « petits salopards » auront satisfaction. C’est classique dans notre pays. Tant que les dirigeants ne sentent pas le vent du boulet rien ne bouge. MAIS, le terrain de bosses n'a pas été réalisé... M.PV a attendu que "jeunesse se passe.

 


Commenter cet article

Rosette 28/01/2014 17:12

Les mineurs peuvent créer une association
www.association.gouv.fr/82-le-mineur-dans-l-association.html

Créer est facile , la faire vivre , c'est une autre histoire...

Casanova 28/01/2014 18:17



Merci de l'info. Mais ce n'était pas possible en 2008. l'autorisation pour les mineurs (âgés de 16 ans) date de 2011.


De toute façon la question de la responsabilité civile reste un problème pour les mineurs.


D'ACCORD. Faire vivre une assoc est bien ce qu'il y a de plus difficile. Quoi qu'il en soit Vignal a alors botté en touche, comme dab.