Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

Corrigé le 1 février 2014 à 9H06

Ça devient de plus en plus grave, car « ils » [l’Etat PS] tiennent à nous démontrer que nous ne comprenons rien à rien et surtout que nous ne comprenons pas le Français.

 

Voir en fin d'article, la perversion du système en cours.

 

Explication de texte au sujet de la « folle rumeur » concernant l’enseignement du « genre » et « l’éducation sexuelle » dès les plus petites classes primaires (maternelle – terme à abandonner – à appeler « première classe », NB. Non-obligatoire, on n’a pas fini de s’emberlificoter dans les phraséologies dilatoires).

 

Hier soir, 31 janvier 2014, après minuit ! Frédéric Taddéï en fin d’émission (Ce soir ou jamais, consacrée à l’économie) a fait une mise au point, sur la « folle rumeur » OUI, OUI, partie de son émission. Nous avons eu droit d'une part à un extrait d’une émission précédente dans laquelle la fameuse sénatrice Rossignol était intervenue et d'autre part, la présentation du tweet ravageur qui s’en était suivi, repris par la « toile » et à "l'origine de la rumeur"..

 

Donc, extrait de l’émission en question : Madame Laurence Rossignol (la bien nommée ?) a bien déclaré textuellement : « les enfants n’appartiennent pas à leurs parents. »

Le tweet ravageur ayant repris et diffusé ces propos a écrit textuellement : [Madame Rossignol] a déclaré « les enfants n’appartiennent pas à leurs parents. » Ils appartiennent à l’Etat !!!

 

On nous a bien fait remarquer, à la télévision française, que la sénatrice PS, n’a pas dit que « les enfants appartiennent à l’Etat », mais que « les enfants n’appartiennent pas à leurs parents ». Un point c’est tout ! La tweeteuse, elle, aurait abusivement rempli les points de suspension implicites en ajoutant « ils appartiennent à l’Etat !!!»  Elle aurait pu ajouter "ils appartiennent aux voisins", mais là il y aurait eu doute sur la santé mentale de l'auteur du tweet.

 

J’ai assisté à ladite émission où madame Rossignol, sénatrice PS était la vedette, il était évident, compte tenu de la teneur des interventions que madame Rossignol a bien dit que les enfants n’appartenaient pas aux parents et qu’elle a exprimé que leur éducation était du rôle de l’Etat et non des parents. 


Devant le tollé déclenché (à juste titre d'après moi), l’Etat mobilise donc ses immenses forces de propagande et vient démentir l’affirmation d’un de ses membres. Le ministre lui-même monte au créneau et demande la convoquation des parents, rien que ça... il est bien connu que les parents n'ont rien d'autre à faire qu'à satisafire les lubies du ministre !

 

Il devient évident que ce gouvernement devrait dare-dare abandonner « les disciplines d’éveil » pour développer l’apprentissage du Français en particulier la compréhension des nuances comme implicite et explicite.

 

Il devient de plus en plus évident qu’internet joue un salutaire rôle de veille contre les dérives de l’Etat.

 

Il se confirme que les « grandes oreilles » des services secrets nous espionnent, puisque un simple tweet sur des milliers a été rapidement retrouvé et a entraîné une réaction du Pouvoir. C’est, je crois, ce que l’on traduit par « Big Brother veille ». On peut comprendre la réaction d’un citoyen du monde comme Snowden… mais aussi que François Hollande n’ait pas voulu lui donner l’asile en France ! Espionnons sans contraintes...

 

Une étape de plus vers un Etat policier ?

En attendant ils nous prennent pour des ignorants et des imbéciles et sous prétexte d'égalité, égalitarisme serait plus approprié, ils formatent la société à leur image et ont bien compris (comme Mao et tant d'autres dictateurs) qu'il faut embrigader s'abord les enfants.

 

Complément d’info. Trop c’est trop dans le mensonge et la perturbation des enfants.

Nous avons pu voir à la télé, à la suite de cette lamentable "affaire", une des écoles « pilotes » où est expérimentée la méthode dite « ABCD pour l’égalité », avec des enseignants (qui ont dû oublier la déontologie) posant à deux enfants les questions totalement déplacées et susceptibles de perturber durablement les enfants : « Que fait ton papa à la maison ? » « Que fait ta maman à la maison ? » Questions déontologiquement inacceptables.

 

Ces questions sont du ressort de l'assistance sociale lorsque les enfants sont en danger et pas pour monter éventuellement les enfants contre les parents !!!!

 

Ces enseignants traitres à leur mission d'instruction, auraient pu diversifier les questions en modulant « que font tes deux papas à la maison ? » ou « Que font tes deux mamans ?», ou introduire les nouveaux compagnons et compagnes des couples recomposés Etc.

 

A quand les enfants soldats contre les parents ???

 

Il faut vraiment stopper ce délire, peu importe les moyens !

 

 



Commenter cet article