Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

L’actualité nous parle de l’apparition de la bilharziose et du chikungunya (voir plus bas).

 

D’où ma réflexion du jour que je vous livre.

 

La politique libérale menée actuellement par la France de l’UMPS, l’Europe de la Communauté européenne et, en fait, la politique imposée au monde par Washington (et Londres), consiste à laisser circuler librement les biens et les personnes, « la concurrence libre et non faussée ! » Disent-ils.

Ceux qui s’opposent à cette politique laxiste et proposent des politiques alternatives se voient opposer les bienfaits de la « mondialisation heureuse ». Cette mondialisation serait irréversible et évoquer tout changement ou infléchissement de système n’aboutit qu’à des sarcasmes avec usage surabondant de l’expression fallacieuse « ils veulent une France recroquevillée sur elle-même. »

 

Soit. Toutes les opinions sont respectables, mais un constat s’impose pour nourrir un débat qui n’aura pas lieu.

La mondialisation c’est aussi :

  • L’importation de pauvres et l’exportation de riches.
  • Le développement des espèces invasives. De la tortue de Floride carnivore et prédatrice aux mygales, en passant par les serpents et autres alligators (oui, oui, nous avons même vu un reportage sur un individu inspiré qui élevait son alligator dans son salon !!!)
  • L’importation de maladies tropicales et l’exportation d’entreprises.
  • Le développement du chômage en France et celui de l’esclavage dans les pays pauvres.
  • La libre circulation informatique des capitaux liés au trafic de drogues.
  • L’importation de drogues issues de pays chauds.
  • La prééminence de l’économique sur le politique, c’est-à-dire la fin de la démocratie devenue impuissante devant la puissance des marchés économiques et financiers.
  • C’est l’importation de médecins et infirmiers (roumains, algériens ...), pendant que nous exportons de l’humanitaire.
  • C’est l’internationalisation de la criminalité organisée et la multiplication de milliardaires dits « oligarques ».
  • C’est la paupérisation des pays dits « riches » en même temps que s’accroissent les inégalités sociales, avec des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus nombreux.

 

OBSERVATIONS.

Les pays les plus prospères sont ceux qui contrôlent leurs frontières (contrôler ne voulant pas dire bloquer).

Les pays les plus prospères sont ceux qui savent être autosuffisants (ce qui ne veut pas dire qu’ils n’échangent pas avec les autres.

Airbus ou Ariane ont été d’abord des opérations de partenariat industriel et de complémentarités.

La mondialisation c’est la subordination de l’individu aux groupes de pression.

Prenons donc garde aux déclarations caricarurales de ceux qui nous dirigent et sont les défenseurs du système en place... et qui pratiquent l'enfumage permanent.

 

Bilharziose : Baignade interdite dans le Cavu à Zonza et à Conca (en Corse)

Rédigé par Lydie Colonna le lundi 16 juin 2014 à 22:10 | Modifié le mardi 17 juin 2014 - 00:19

http://www.corsenetinfos.fr/Bilharziose-Baignade-interdite-dans-le-Cavu-a-Zonza-et-a-Conca_a9814.html

 

« La bilharziose est une maladie parasitaire tropicale très connue, 2e après le palud, que 250 millions de personnes ont déjà contracté dans le monde. Elle est due à un ver plat, le schistosome. Ce ver a comme particularité de ne vivre que dans les eaux douces, on ne peut donc le trouver que dans les rivières, les étangs ou les lacs, mais en aucun cas dans les piscines ni dans la mer […] »

 

Chikungunya : le risque d'épidémie inquiète en France

Par Noémi Marois avec AFP 

Publié le 16 juin 2014 à 16h06

Mis à jour le 17 juin 2014 à 08h37

http://www.europe1.fr/Sante/Chikungunya-le-risque-d-epidemie-inquiete-en-France-2153813/

« Depuis le mois de mai, une hausse des cas de chikungunya a été constatée dans l'Hexagone. Les autorités s'inquiètent.

47 cas "importés". Depuis le mois de mai, 47 cas de chikungunya ont été dénombrés en France, soit beaucoup plus que les deux signalements de l'année 2010. Il s'agit de cas "importés", c'est-à-dire ramenés par des voyageurs rentrants des Antilles ou de Guyane et qui une fois en France ont déclaré la maladie. »

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article