Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

 

Il est 4 heures du matin, il fait nuit, il fait calme.

 

Divagations

 

Ce matin, place aux états d’âme et tentative du calme de l’esprit (après trois semaines de quasi-immobilisation pour sciatique - Mais, l’amélioration est en cours).

 

Tenter le calme de l’esprit ?

Jouir de la vie dans un havre de paix, dans le plus beau pays du monde, dans un cocon familial protégé ?

Abandonner un peu mon style urgent (ainsi qualifié par le critique littéraire Argoul) ?

Se protéger dans cet « isolat » selon le mot de Jean Raspail ?

Baisser les bras et vivre ? Tout simplement vivre ? « Home sweet home ! » Quelle séduisante utopie !

 

Tout simplement « du pain et des jeux ? » Panem et circenses, criaient les Romains au temps des Césars et de la Rome antique.

 

Eteindre la télé ? Allumer des pare feux ?

 

Ou bien, réagir, en vain et sans espoir, aux innombrables stimuli agressifs extérieurs ? Prêcher dans le désert ? Tout en suivant Gandhi : "Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses."  

 

Ayant reçu, hier (20 juillet 2014), un long appel téléphonique d’un vieux sage africain, « venant aux nouvelles », perdu de vue depuis si longtemps, des dizaines d’années pensez-donc ! J’ai décidé aujourd’hui, au moins aujourd’hui, après une courte nuit, de souffler. De changer d’air.

 

Souffler ne voulant pas dire ne pas penser et l’inactivité intellectuelle me semblant physiologiquement impossible, je vais un peu récapituler la situation globale pour en tirer, peut-être et demain, une éventuelle ligne de conduite éditoriale, faute d’une éventuelle nouvelle ligne de vie locale. « Ne même pas parler de vieillesse" m’a déclaré de très loin mon sage africain !  Espérer. En fait, appliquer le principe écologique fondamental GLOCAL, si souvent et partout malmené.

 

Pour calmer (est-ce seulement possible ?) mon angoisse de la non maîtrise du temps et de l’évolution du monde. Pour calmer mon constat (partial ?) que les pulsions de mort prennent systématiquement et partout  le pas sur les pulsions de vie. Essayer de penser, un jour, une heure,  que l’homme peut être bon et généreux et qu’il y a toujours quelques humains pour relever le défi de la coexistence des différences, de la solidarité, de la sagesse et que, malgré leur minorité évidente, ils peuvent se faire entendre… Elucubrations ? Je ne suis pas sûr que ma pensée soit très claire sur le sujet ?

 

D’où partir ? Pour trouver une éventuelle voie.

 

J’ai beaucoup voyagé.

Depuis toujours, j’ai essayé d’apporter une contribution sociétale au microcosme qui m’entoure et qui entoure chacun.

Ma bibliothèque est encombrée d’ouvrages de toutes natures, scientifiques et techniques, analytiques et rationnels, philosophiques éclectiques et évidemment politiques et partisans de toutes tendances. Sans parler des encyclopédies, d’internet et de mes honorables correspondants de toutes les couleurs.

J’ai beaucoup lu, et continue de le faire. Une vraie drogue. Une vraie ruine financière… Et un constat inquiétant et rassurant à la fois : des parcelles de vérité sont partout. La synthèse opérationnelle est ainsi quasiment impossible et seul reste le compromis du court temps de l’échelle humaine.

Alors ? Alors ? Ne resterait-il que « Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. Polissez-le sans cesse, et le repolissez. Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.» de Boileau (1674).  Extrait sur http://www.devoir-de-philosophie.com/dissertation-vingt-fois-sur-metier-remettez-votre-ouvrage-polissez-sans-cesse-repolissez-boileau-139021.html

Dans la même veine, il serait temps que je me souvienne d’un grand oncle (prénommé Napoléon !) décédé aujourd’hui, militaire, homme de valeur et de convictions, qui me racontait avoir été le chauffeur de Liautey, lequel lui ayant un jour intimé l’ordre suivant : « aujourd’hui va doucement, car nous sommes pressés. »

 

Il ne va pas être facile de quitter « l’urgence ». Je vais quand même m’y essayer.

 

à suivre, j’espère.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article