Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

InfoAutrement-W

J'avais écrit, mais non publié, l'article ci-après, que je vous livre aujourd'hui.

 

Vladimir Poutine serait-il le seul authentique chef d’État « occidental » (blanc) ? Ça peut se discuter. Vis à vis de la Russie, géopolitique occidentale de Gribouille !

 

Bref survol d’une émission télévisuelle politique intéressante, à regarder « entre les lignes » !

 

Oui, oui, ça arrive. Ce fut le cas hier 11 août 2014, pour l’émission de C dans l’air, animée par Axel de Tarlé, intitulée « Poutine contre l’Europe. »

 

Florilège de quelques mots-clés et idées forces. Permettez-moi de ne pas bouder mon plaisir, une fois n’étant hélas pas coutume.

 

Tout d’abord, notons que les intervenants étaient des habitués de ce plateau, « qualifiés » pour intervenir, d’ordinaire « à charge ». Entre les lignes, ils nous ont éclairé sur la situation réelle entre l’Occident et la Russie et sur la prudence qu’il conviendrait d’adopter pour comprendre et normaliser, dans l’intérêt des peuples, une situation qui se dégrade.

 

La conclusion d’Axel de Tarlé a finalement été une synthèse éclairante : Alors nous aurions dû appeler l’émission « l’Europe contre Poutine » et non « Poutine contre l’Europe ». Tout à été dit dans cette inversion des termes !

 

Essayons de synthétiser.

 

1  - Tout ce que Poutine fait, ou à fait, n’est jamais porté à son crédit.

Exemple, la libération de Mikhaïl Khodorkovski (ex-PDG de Youkos, le géant pétrolier russe), évoquée lors de l’émission… MAIS… Poutine l’a fait pour calmer les esprits, avant les jeux olympiques de Sochi. Le fait que Khodorkovsky ait été libéré et libre de partir était secondaire. Pour les occidentaux, Poutine aurait dû se présenter la corde au cou comme les bourgeois de Calais, en implorant leur pardon, avec la mentalité d’une sœur de charité.

Le fait que les luttes de pouvoir existent partout et que Khodorkovski ait fait main basse indue sur la plus grosse entreprise russe à la chute de l’URSS était secondaire !

Pour comble, et à suivre, le tribunal de commerce international dit « indépendant » (indépendant, comme les 3 arbitres ayant indemnisés Tapie) vient de décider, avec la plus grande solennité,  que l’Etat russe (et son peuple), a qui Youkos a été « volé », doit indemniser les «actionnaires  autoproclamés » de Youkos à hauteur d’une cinquantaine de milliards de dollars !!!

 

Cet épisode est particulièrement démonstratif de la différence d’analyse qui peut exister entre des partenaires commerciaux et un chef d’État.

 

« Entre les lignes » il a quand même été question d’acharnement contre Poutine. 

 

NB 1. Il n’est pas question ici de l’analyse exhaustive (positive ou négative) du chef du Kremlin, de ses qualités et de ses défauts. Il est question de montrer que Poutine semble s’intéresser d’abord à son pays (ce qui me semblerait devoir être la première qualité d’un homme d’État), alors que ses détracteurs sont d’abord des « compradores ».

 

NB 2. Hors émission. Les JO de Sochi ont été un succès indiscutable… MAIS… ils ont coûté cher !!! Pas à nos finance n'est-ce pas ?

 

NB 3 – Poutine a été brillamment élu et son élection est indiscutable… MAIS… il y a des zones d’ombres et … il y a une opposition… (effectivement pas comme chez nous où il n'y a pas d'opposition de fond) et il contrôle les médias. Pas comme chez nous, c’est sûr, où c’est le président de notre République française (bananière) qui nomme le PDG de France Télévision, et contrôle les niches fiscales des journalistes. C’est plus en nuances hypocrites effectivement !!! Plus « démocratique » c’est peut être discutable.

 

NB 4 – Quel idée de ce Poutine, de monter à cheval torse nu, avec un couteau à la ceinture et de « se battre » avec un tigre de Sibérie… tout en interdisant la publicité en faveur des homosexuels en direction des mineurs. C’est évidemment moins « classe » que de se faire transporter à scooter chez sa maitresse avec un casque pour se dissimuler le visage… la risée du monde ! A chacun d’apprécier la nuance et le profil du chef d’État préféré.

 

2 – Même les experts de haut niveau peuvent dire n’importe quoi.

 

C’est ainsi que le politologue Jacques Rupnik a pu, sur le plateau hier soir, prétendre que l’annexion de la Crimée, par la Russie était un cas unique… et grave évidemment.

FAUX monsieur Rupnik, avant il y a eu d’autres exemples historiques (dont l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne) et récemment l’annexion par la France de l’île comorienne de Mayotte, ou "l'indépendance" du Kosovo (sous perfusion de nos impôts).

Rappelons quand même que ce sont les habitants de Crimée qui, par un référendum d’initiative populaire (en fait comme à Mayotte), ont décidé de rejoindre la Russie dont ils ont toujours fait partie.

Les intervenants de conclure que Poutine est un bon tacticien mais un mauvais stratège : « il a gagné la Crimée et perdu l’Ukraine ». Ça c’est puissant ! Était-ce le problème lorsque la Crimée a décidé de rejoindre la mère patrie ?

Alors que Poutine a une ligne constante et ne fait que déclarer que ce sont les ressortissants russes, abandonnés lors de la chute de l’URSS, qui le préoccupe. Nos brillants experts n’hésitent pas à parler de tribalisme !!!

 

Le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » c’est comme « les droits de l’homme » ça dépend de qui, au profit de qui et où ça s’applique.

Nos experts ont quand même retenu qu’ils ne voient pas comment l’Occident pourrait empêcher une action humanitaire de la Russie, même armée, en direction des russes de Donetz, bombardés par Kiev, alors que les Américains sont en train de bombarder les islamistes du califat d’EIIL pour protéger et aider les musulmans Yazidis et les Chaldéens chrétiens d’Irak.

 

L’éternel deux poids deux mesures de la géopolitique américaine (et occidentale). L’incohérence bien orientée.

 

3 – Dans cette affaire de sanctions et de réactions russes, il n’a pas été besoin de comprendre entre les lignes. Les experts ont été clairs et réalistes.

 

Les Occidentaux mettent de l’huile sur le feu, à commencer par Rasmunssen, le secrétaire général de l’OTAN, au visage manifestement tourmenté et dont l’aspect menaçant doit avoir été son critère de sélection !

« Il y a une humiliation manifeste d’un grand pays, la Russie, par l’Occident et c’est très mauvais ». « L’humiliation de l’Allemagne en 1918 a conduit à la seconde guerre mondiale de 39-45… »

L’embargo de la Russie sur les productions agro-alimentaires européennes n’est pas de l’intérêt de l’Europe ! La France ne va pas savoir que faire de 50 000 tonnes de pommes, ni la Pologne de ses 800 000 tonnes, exportées en Russie… MAIS… « les agriculteurs seront indemnisés sur nos impôts au lieu de vendre leur production ». Ça c’est de la bonne économie ! Incroyable !!!

 

Bref, il semble y avoir eu quasi unanimité sur le fait que l’Occident s’acharne stupidement sur la Russie qui devrait être un partenaire essentiel de l’Europe.

 

Effectivement, monsieur de Tarlé, l’émission aurait pu s’appeler « l’Europe contre Poutine »

et non « Poutine contre l’Europe ».

 

Cette nuance sémantique et cette lucidité m’a semblée suffisamment rare pour justifier le présent article.

émoti-sade

Pauvre France !

 

Attendons la livraison des Mistral, pour voir si Hollande a compris.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article