Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

InfoAutrement-W

« Le motif de base de la résistance c'est l'indignation »

Stéphane HESSEL.

émoti-colère1

 

http://indignez-vous.hautetfort.com/

 Avec l’ouverture, le 26 décembre 2014, du procès de Simone 1740764075GBAGBO et de 83 hauts dignitaires du régime de Laurent Gbagbo (qui ont été maltraités), dont le dernier premier ministre de Côte d’Ivoire, avant l’intervention militaire française de Nicolas Sarkozy, qui a installé Alassane Ouattara à la présidence du pays.

 

Photos ci-contre, comportement des hommes de Ouattara envers les prisonniers, dont Simone Gbagbo!

2362958620En ce jour, c’est l’indignation et la colère qui dominent, tant les motifs d’inculpation sont surréalistes  et préfabriqués. Jugeons-en :

« atteinte à la défense nationale », alors que le gouvernement en place, élu, de Laurent Gbagbo, et les forces armées légitimes, luttaient contre des rebelles armés venus du Burkina Faso, où ils étaient soutenus par Blaise Compaoré, lui-même putschiste ayant liquidé son prédécesseur… et la France !!! Donc, pour ne pas s’être incliné d’emblée contre l’envahisseur, les dignitaires d’alors sont accusés d’attente à la défense nationale. C’est tout simplement incroyable !!! Mais vrai hélas.

 

Pour faire bonne mesure (et confirmer une indignation légitime), les inculpés sont aussi accusés de « xénophobie ». On croirait rêver si ce n’était un cauchemar. Donc s’opposer à l’invasion militaire de son pays est désormais qualifié de « xénophobie », par le tribunal de Côte d’Ivoire. Et pour cause, compte tenu de la nationalité initiale d’Alassane Ouattara (Burkinabé)[1]

 

La liste des motifs est une longue litanie qui pourrait prêter à sourire si ce n’était dramatique :

« troubles à l’ordre public ». On parle bien du gouvernement en place et des forces de l’ordre.

 

« Participation à un mouvement insurrectionnel ». Ça c’est vraiment fort.

 

« Tribalisme ». Alors que l’énoncé des noms des accusés montre bien qu’ils sont originaires de toutes les régions et ethnies de Côte d’Ivoire, y compris de l’ethnie majoritaire au nord du pays.

 

Le clou de cette parodie de justice est l’accusation de « crime contre l’humanité », quand il est bien établi (ONGs dont Human Right Watch, ONU…) que ce sont les hommes de Ouattara qui ont commis le massacre d’un millier d’habitants de Duékoué.

 

La honte sur la France responsable de cette situation. D’abord Sarkozy, l’auteur, et maintenant Hollande, qui ne désapprouve pas, donc qui approuve.

 

NB. Nouveau flagrant délit de mensonge de François Hollande : "la Françafrique c’est fini". 



[1] Voir mon livre "Putsch en Côte d’Ivoire", 2011, L’Harmattan éditeur. Et d’autres auteurs.

Commenter cet article