Mardi 17 avril 2012 2 17 /04 /Avr /2012 10:26

Pour qui voter ? (suite)

 

Pour les législatives.Information.

Patrick VIGNAL, maire d’Ampus, est présenté comme soutien de Olivier AUDIBERT-TROIN (UMP), président de la CAD.

Il aurait soutenu Bernard CLAP (PS), maire de Trigance, ou JUGY (sans étiquette), maire de Tourtour, ça aurait été plus surprenant. Toujours être du côté du chef, ou de ceux qui ont le pouvoir, c’est plus confortable. Cela peut d’ailleurs être une ligne de conduite sage.

 

Pour les présidentielles il y a du nouveau.

J’ai assisté, hier soir, au « débat » de l’émission « Mots croisés », animée par Yves Calvi. Tous les candidats étaient présents (JOLY, CHEMINADE, POUTOU, ARTHAUD, DUPONT-AIGNAN) ou représentés (les autres). Ce fut édifiant !

 

Les candidats ont été interrogés sur la dette, l'emploi, l'immigration et le nucléaire. 

 

Le téléspectateur a pu assister à un exercice en vraie grandeur et en direct de langue de bois et de déni de réalité.

 

J’essaye ci-après de résumer, car mon avis s’affine, avant même la lecture des professions de foi.

 

En préalable je dirais que si l’un des candidats pour la finale, arrive au pouvoir, nous ne sommes pas sortis de l’auberge, ou plutôt de l’ornière. Ça promet.

 

Donc je résume.

 

Aucun n'a parlé de l'indispensable mise en ordre dans les collectivités territoriales et de l'invraissemblable empilement de niveaux administratifs en France  !

 

Tous les candidats de gauche, MELENCHON (représenté par son directeur de campagne, François DELAPIERRE), JOLY, POUTOU, HOLLANDE (représenté par Jean-Marc AYRAULT, président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale), Nathalie ARTHAUD, sont pour la sortie du nucléaire, la création d’emplois de fonctionnaires, dont 160 000 emplois « jeunes », dès la rentrée, qualifiés d’emplois d’avenir, en fait d’emplois précaires sans avenir, l’immigration libre. Pour Philippe POUTOU, Jean-Luc MELENCHON, Nathalie ARTHAUD les hommes doivent pouvoir aller où ils veulent, s’installer où ils veulent et voter où ils sont. Toutes les frontières doivent être abolies. S’il n’y a pas assez de travail pour tous (les 5 millions de chômeurs en France ne sont pas un obstacle), il faut partager le travail et réduire le temps de travail à 32 heures hebdomadaires ou moins. IMPRESSIONNANT ! Mais ça résume la tendance du groupe de gauche, telle que je l’ai perçue.

 

Une mention spéciale pour JM. AYRAULT qui s’en est tenu à un discours convenu et sans consistance, classique de la gauche de papa, mais sans faire de vagues… Résumé de son intervention : HOLLANDE va mettre au pas la finance, l’Europe et le monde, et distribuer de l’argent dès son arrivée au pouvoir. Oui, oui, il l’a dit et a insisté (en précisant toutefois que le père Noël c’était pour six mois seulement). Ça m’a rappelé la période MITTERRAND 1981-1983 (pour qui j’avais milité et voté !). Avant les désillusions : la boboïsation de la société, les privatisations inconsidérées, les affaires , le sang contaminé, les responsables non coupables, la décentralisation foireuse, en fait la décomposition de notre pays avec retour à l’Ancien Régime, celui des féodalités...

 

Le seul point positif à retenir de tous ces candidats est le « tout homme et toute femme doit pouvoir vivre de son travail. » J’approuve des deux mains Nathalie ARTHAUD pour cette déclaration.

 

Dans le genre surréaliste, je citerai le porte parole de Jean-Luc MELENCHON (suivi d’ailleurs par ARTHAUD, JOLY, POUTOU) : « notre objectif est de battre le Front National .» Répété avec insistance. C’est plutôt court comme programme électoral présidentiel pour sortir la France et les Français du trou. Non ? Ou encore Eva JOLY, qui cherchait ses mots et a osé l’amalgame grave en invoquant le tueur de Norvège qui appartenait à l’extrême droite norvégienne. BREIVIK (le tueur), appartenait aussi à la franc-maçonnerie, comme monsieur MELENCHON, mais cela fut passé sous silence.

 

Ils emploient de façon inconsidérée, et comme une litanie, le supposé appel à la haine de Marine Le PEN. Nous ne devons pas parler le même français, car pour ma part je n’ai entendu aucun appel à la haine, mais seulement des avis étayés, aussi respectables que d’autres.

 

Bref aucun de ces drôles irresponsables n’aura ma voix au premier tour. 

 

La France est bien en panne d’élites et d’idées.

 

Pour sourire, si possible : de tous les candidats, un seul est affublé en permanence de sa compagne, c’est François HOLLANDE. Sa compagne, telle une sangsue ou une arapède lui colle aux basques et le suit comme son ombre, même dans la foule, même lorsqu’il salue les caciques du PS (y compris Ségolène ROYAL). Le ridicule ne tue pas c’est vrai. On sait ainsi qui portera la culotte de la France, s’il est élu.

 

Nathalie KOSCIUSCO-MORIZET, représentait Nicolas SARKOZY. J’étais mal pour elle, son élocution était hachée et son manque de conviction faisait peine à voir. C'est à désespérer des élites. Pour résumer, et contre toute réalité, pour elle Nicolas SARKOZY est le vrai président qu’il faut à la France. Excellent bateleur peut-être (mais il est concurrencé par MELENCHON), mais l’homme d’Etat qu’il faut à la France, je suis plus que septique et il est facile de démontrer qu’il est plus proche de la girouette que de l’homme d’Etat.

 

Même Marielle de SARNEZ, la directrice de campagne de François BAYROU, ne m’a pas convaincu. Comment peut-elle dire que c’est parce qu’il n’y a pas assez d’Europe que nous sommes dans la crise, qu’il nous faut un président de l’Europe élu par les européens…

 

Non madame de SARNEZ, c’est d’une autre Europe qu’il faut, une Europe sociale, une Europe où les règles de fonctionnement seront progressivement harmonisées entre les Etats-Nations (rien n’a été fait en trente ans en la matière), au contraire, la concurrence interne à l’Europe à été encouragée…une Europe dont l’objectif doit être d’abord le bonheur des peuples européens, une Europe fière de ses valeurs, de sa culture et de sa civilisation gréco-latine et judéo-chrétienne. Une Europe des Lumières. Il faut une Europe qui revienne aux fondamentaux et non une Europe de la finance et des mafias en tous genres. Une Europe démocratique et non une Europe de l’illusion… Il y aurait tellement à dire sur ce sujet que je connais bien et de près.

 

Je passe pour CHEMINADE, merci de m'excuser.


En fait les deux seuls qui me sont apparus non excités, sincères, réalistes et convaincus de leurs dires ce sont Nicolas DUPONT-AIGNAN, qui a présenté une analyse et des solutions réalistes et objectives, très proches de celles de Jean-Pierre CHEVENEMENT et Florian PHILIPPOT, représentant de Marine Le PEN, qui est resté calme, malgré les agressions subies.

 

Après ce « débat », dans ma présélection du premier tour je retiens, pour l’instant ces deux derniers-là.

 

Ça va faire grincer des dents, peut-être même vais-je perdre des amis, mais j'assume : Je suis un Français, donc européen et heureux de l'être, et j'espère pour mes petits enfants qu'ils pourront continuer à être fier de notre pays de son histoire et de sa culture et pourront continuer à vivre dans une Europe européenne des Etats-Nations , gréco-latine et judéo-chrétienne. Une région du monde qui a engendré les plus grands savants, les plus grandes découvertes, les plus grands philosophes et les plus grands progrès de l'humanité. Dans la région la plus développée, la plus solidaire et la plus humaniste du monde. La région où le mot liberté a encore un sens, même si la tendance est bien de brider cette liberté.

 

 

 


Par Casanova - Publié dans : Campagne électorale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Texte Libre

Sans haine et sans crainte, ce blog est destiné à soulever des questions d'actualité en toute liberté de pensée et d’expression (selon notre Constitution). 

Ne pas se taire, garder le moral, ne pas avoir peur, révéler les mensonges, rétablir la vérité et apporter une contribution responsable pour une démocratie vivante et positive, voilà mon ambition. Voilà ma ligne de conduite en rédigeant ce blog.

"Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses." Gandhi

 Adresse à ceux qui ne veulent ni voir, ni entendre : On a le droit de ne pas vouloir voir et savoir. On a le droit de dire « après moi le déluge ». On a le droit de ne pas comprendre ce qu'est une évolution. On a le droit de ne pas vouloir en apprécier les conséquences. MAIS ON SAIT ! Et notre responsabilité personnelle et collective est engagée, face à l'histoire.

Pour la défense de la laïcité et de nos valeurs républicaines, grecques, latines et judéo chrétiennes, mon état d’esprit se situe dans la lignée de Riposte laïque et de Résistance républicaine .

 

Syndication

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés