Jeudi 26 avril 2012 4 26 /04 /Avr /2012 14:38

 Un peu de vocabulaire. Mise au point.

 

Les dérives sémantiques sont telles qu’il me semble nécessaire de faire le point sur le vocabulaire et le sens des mots : humanisme et humaniste, haine, intellectuel, xénophobe et xénophobie, idéologie, dogmatisme et sectarisme.

 

Je réagis ici au commentaire suivant paru sur le Toupin, j'interpelle ainsi, cordialement, en particulier les humanistes qui ont du cœur et m'élève contrelru mot F-Haine (pour FN : Front National) : gilbert girauddit : 
24 avril 2012 à 22:13 Pour ceux qui s’étonnent des résultats du F-Haine (et qui les regrettent, avant tout !) il ne s’agit pas d’intellectuels, mais non !…on les appelle des humanistes , tout simplement ! Ils ont effectivement un cerveau mais ils ont aussi un coeur !! Cordialement …

 

 

Ci-dessous, en italique, la définition du Robert illustré (édition de 2011)

 

Humanisme : doctrine qui place la personne humaine et son épanouissement au-dessus de toutes les autres valeurs. Ce qualificatif s’applique aussi aux francs-maçons. L'Europe actuelle, voulue par le PS et l'UMP n'est pas humaniste.

Humaniste : partisan de l’humanisme. Il est cependant à noter que les humanistes n’ont pas le monopole du cœur.

 

Haine : sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à quelqu’un et à se réjouir du mal qui lui arrive. Ce terme est utilisé abusivement à tout propos (en particulier, à tort, envers le Front National). Je ne crois pas avoir entendu Marine Le PEN vouloir du mal aux étrangers.

 

Intellectuel : qui se rapporte à l’intelligence… Dont la vie est consacrée aux choses de l’esprit… Quand j’utilise le mot « intellectuel » je cible des individus qui on la faculté d’analyse, en particulier par leur formation, et qui n’ont donc pas d’excuses lorsqu’ils travestissent des faits.

 

Xénophobe, Xénophobie : hostile par principe aux étrangers, à ce qui vient de l’étranger. Je ne vois pas en quoi, déclarer que l’on préfère ses propres compatriotes à des étrangers pourrait être objectivement interprété comme de l’hostilité. J’ai suffisamment accueilli chez moi  et aidé d’étrangers, pour ne pas être considéré comme xénophobe. Traiter par ailleurs les souverainistes de xénophobes, me semble particulièrement abusif et injuste.

 

Ma théorie : on peut coopérer, échanger, s’apprécier, avoir des sentiments d’amitié réciproque, respecter l’autre et sa culture, sans vouloir pour autant se mélanger ou abandonner sa propre culture.

 

NB. J’ai travaillé avec les maghrébins de toutes nationalités, avec des africains de toutes nationalités, avec des malaisiens, des chinois, des vietnamiens, des indonésiens, des syriens, des libanais, avec des humains de toutes confessions religieuses (juifs, chrétiens ou musulmans)… je puis donc affirmer d’expérience et de vécu que chaque culture (ou civilisation) à ses propres caractéristiques qui correspondent à une partie de l’histoire humaine. Ainsi, j’affirme que chaque culture exotique a de notre point de vue occidental ses avantages et ses inconvénients. Quand j’ai travaillé dans ces contextes différents du notre j’ai apporté ce que je croyais être un savoir, une science, je n’ai jamais essayé d’imposer un point de vue philosophique occidental (ou judéo-chrétien), je n’ai jamais exigé de vin quand il était interdit à certaines tables, ni exigé que ma nourriture ne soit pas marquée d’une religion quelconque, j’ai même accepté de boire dans des contextes désertiques de l’eau douteuse, et remercié mes hôtes qui me l’offraient en signe de bienvenue...

 

Aussi quand je déclare que notre pays est le plus beau du monde, qu’il a une variété de paysages et de réalisations sans équivalent, que c’est le pays de la douceur de vivre, reconnue par un nombre innombrable d’individus sur terre, que notre civilisation gréco-latine et judéo-chrétienne, que notre laïcité récente forgée par les siècles, correspond à l’attente de nos concitoyens (et pas d’eux seuls), ce n’est ni de la xénophobie, ni de la haine envers les autres, c’est l’affirmation d’une identité (le mot est lâché) et d'une histoire assumée, c’est l’affirmation que finalement chacun est bien chez soi et qu’il est intéressant et instructif de coopérer en conservant ce qui nous distingue les uns des autres. Que serait un monde de clones ?

 

En résumé, j’adore le couscous, mais je ne tolère pas que l’on m’impose que la vie de « mon clocher » (avec ses avantages et ses inconvénients),  soit modifiée par le vote possible (annoncé du moins par François HOLLANDE), d’étrangers non communautaires, c’est à dire d’origine extra-européenne, en fait de maghrébins musulmans dans leur majorité. Dans aucun des nombreux pays où j’ai travaillé, ou avec qui j’ai travaillé, les étrangers ne votaient. Cette proposition de François HOLLANDE, Nathalie ARTHAUD, Philippe POUTOU, Eva JOLY et Jean-Luc MELENCHON, a des relents électoralistes à court terme et à bon compte, sans rapport avec la démocratie ou la réalité du monde, ce n’est pas de l’humanisme, c’est de la sensiblerie, pour moi c’est une élucubration qui porte le germe d’une attaque profonde sinon létal sur notre culture (notre civilisation). C’est mon avis et je l’assume avec rationalité.

 

Avec ma seule petite voix je m’y opposerai de toutes mes forces. Tant pis si je passe alors de façon inique pour xénophobe ou pis encore ! Je dois ce combat à nos descendances.

 

J’accuse de plus ceux qui soutienne le contraire, c’est à dire « le droit de vote aux étrangers non européens » de sectarisme, de dogmatisme et surtout de déni de réalité et d’aveuglement devant l’histoire, même si c’est leur droit individuel d’avoir ce point de vue imbécile (dont l’intelligence est faible). Les Français n'ont pas le droit de vote au Maroc, en Algérie ou en Tunise !

 

Cela me rappelle le référendum de 2005 où les tenants du NON (dont j’étais*) développaient des arguments raisonnables et étayés et où les tenants du OUI étaient dans la phraséologie religieuse et l’incantation « on ne peut pas renoncer à l’Europe » (comme si c'était le sujet) et autres fadaises. Les deux finalistes d’aujourd’hui étaient pour le oui et ont fait annuler le référendum, donc le vote populaire !!! Celà n'interpelle pas la majorité ?

 

* Savez-vous que dans ce traité constitutionnel (de plus de 400 pages ! que j’ai lu), figurait le droit d’épouser les filles nubiles (dès qu’elles ont leurs règles, 7,8,9 ans dans les pays chauds !). Ah bon ! Comme le montant du loyer des résidences secondaires à Malte. Ah bon ! Dans une Constitution. Chercher l’erreur.

 

 

 

 

Par Casanova - Publié dans : à l'écoute des citoyens
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Texte Libre

Sans haine et sans crainte, ce blog est destiné à soulever des questions d'actualité en toute liberté de pensée et d’expression (selon notre Constitution). 

Ne pas se taire, garder le moral, ne pas avoir peur, révéler les mensonges, rétablir la vérité et apporter une contribution responsable pour une démocratie vivante et positive, voilà mon ambition. Voilà ma ligne de conduite en rédigeant ce blog.

"Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses." Gandhi

 Adresse à ceux qui ne veulent ni voir, ni entendre : On a le droit de ne pas vouloir voir et savoir. On a le droit de dire « après moi le déluge ». On a le droit de ne pas comprendre ce qu'est une évolution. On a le droit de ne pas vouloir en apprécier les conséquences. MAIS ON SAIT ! Et notre responsabilité personnelle et collective est engagée, face à l'histoire.

Pour la défense de la laïcité et de nos valeurs républicaines, grecques, latines et judéo chrétiennes, mon état d’esprit se situe dans la lignée de Riposte laïque et de Résistance républicaine .

 

Syndication

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés