Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Casanova

Politique : Ségolène VS Valérie

 

Ségolène Royal a apporté un renouveau certain au PS, n’en déplaise aux éléphants, et qui fut la première femme à accéder au deuxième tour d’une élection présidentielle française. Certains voudraient l’oublier. Et pourtant ce n’est pas rien. Rien que pour cela elle devrait inspirer le respect, mais ce n’est pas ce que l’on constate. La nature humaine d’aujourd’hui se complait dans le conformisme. Les médias n’insistent que sur les échecs de madame Royal, est-ce pour plaire à la favorite du moment ?

 

Ainsi certains, de gauche, ont oublié que Ségolène Royal a renouvelé la gauche, réintroduit le drapeau tricolore dans les meetings de gauche (vite oubliés dans ceux de François Hollande), ainsi que la Marseillaise. Ses détracteurs oublient qu’elle a osé, sans peur des bien-pensants de l'Education Nationale, dénoncer les élèves perturbateurs dans les établissements scolaires et qu’elle a préconisé de les exclure du système normal pour protéger le plus grand nombre (et pas l’inverse, c'est à dire sacrifier le plus grand nombre à quelques-uns). L’ordre juste, la démocratie participative, le non cumul des mandats, c’est elle… Ils feignent d’ignorer que plus de cinq jeunes ministres actuels étaient à ses côtés en 2007, il faut croire qu’elle avait le sens de l’Etat (Montebourg, Valls, Batho…) etc, etc…

 

En quoi la compagne « actuelle » du président aurait-elle plus de poids politique que Ségolène Royal qui devrait s’effacer pour ne pas faire d’ombre à la nouvelle ?  Que signifient ces ricanements des commentateurs lorsqu’il s’agit d’évoquer la place qu’elle pourrait avoir dans le dispositif de la gauche actuelle? Oublient-ils que 15 millions de Français ont voté pour elle en 2007, qu’elle est élue sans discontinuer depuis 25 ans, qu’elle fut deux fois députée et trois fois ministre ? Elle qui serait aujourd’hui à la place de Martine Aubry à la tête du PS, si des combines politiciennes de fédérations en délicatesses avec la justice (désormais reconnues) ne l’avaient pas privé de quelques dizaines de voix qui lui ont manqué pour être première secrétaire du PS. Elle qui a tenté, en vain, un rapprochement avec le centre et les 17% de François Bayrou, qui alors n'a pas saisi l'enjeu de cette démarche. Qui a oublié le TSS (tout sauf Ségolène) des caciques du parti socialiste ?

 

J’ajouterai que pour une femme de la soixantaine elle ne manque ni de charme ni de classe.

 

Elle est finie disent-ils avec commisération. Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est minable !

 

Décidément ce pays n’aime pas les têtes qui dépassent et les vraies élites politiques, dont on manque si cruellement. Car, effectivement, Ségolène Royal est  une authentique élite politique française à la personnalité forte. C’est une tête, et sur les 577 députés il ne doit pas y en avoir des masses.

 

Il semblerait que le peuple de gauche l’ait compris qui s’exprime en sa faveur (à 81 %) plutôt qu’en faveur de la favorite.

 

Favorite sur l’état d’esprit et la santé mentale desquels on peut se poser des questions.

 

N’a-t-elle pas tweeté au sujet de Ségolène « tout ce qu’elle aura, ce sera trop. »  Ah bon ! Pas de limite n’est-ce pas ? De quel droit ? A quel titre ? De femme jalouse du passé ? C’est purement invraisemblable.

 

Mais évidemment elle ne pourrait pas avoir cette attitude si son compagnon de président y mettait sérieusement le holà. Mais en a-t-il le caractère ?

 

François Hollande qui pendant la campagne des présidentielles, en avril 2011, a claironné « Les Français ne supportent plus cette confusion du public et du privé ». N’a-t-il pas déclaré, en parlant des relations entre Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy : « Elle m’énerve plus que lui. Elle l’infantilise. » Ah bon ! Et que fait Valérie Trierweiler ?

 

Que fait donc sa compagne, sa petite amie, sa meuf, sa maîtresse… si ce n’est du mélange des genres, sans pudeur sans vergogne et avec hargne, ridiculisant le Président et par là la France.

 

Monsieur le Président ressaisissez-vous et faites le ménage. Les citoyens vous en seront reconnaissants.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques 21/06/2012 08:52

Bonjour,
Pas trop d'accord sur le nombre d'électeurs n'ayant pas voté UMP dans le Var, moi je trouve environ 56% ! soit 40 % d'abstentionnistes qui n'ont pas voté pour d'autres non plus, et 16 % qui ont
voté,mais pour d'autres que l'UMP.
Le scrutin actuel a été crée pour obtenir une majorité à l'assemblée afin que le pays soit gouvernable,mais comme pour les élections, le balancier a sans doute été trop loin !
Cordialement